• Recherche,

TORRES Nathaël

Mixité sociale et vieillissement de la population : quelles perspectives pour un habitat intergénérationnel durable ?

Publié le 24 février 2021 Mis à jour le 3 juin 2021

Thèse en Sciences Sociales, soutenue le 1er décembre 2020.

Depuis le tournant de la décennie 2010, la formule de l’habitat intergénérationnel a connu un fort développement. Fin 2016 près de 200 résidences intergénérationnelles, pour un total d’environ 8 000 logements, étaient en service dans toutes les grandes aires urbaines de France, et sur une grande variété de territoires.
L’essor de la formule, porté en très grande majorité par le secteur du logement social, est soutenu localement par une forte demande des collectivités, et encouragé à l’échelle nationale par les pouvoirs publics . Pour ceux-ci, l’habitat intergénérationnel est perçu comme une solution innovante, consensuelle et flexible pour répondre à la problématique du vieillissement de la population, appréhendée principalement sous les angles du lien social, de la prévention, et du maintien à domicile.
L’objectif de cette thèse est de poser les fondations d’une compréhension de ce phénomène encore peu étudié dans un contexte scientifique. Dans la continuité des quelques observateurs (scientifiques ou professionnels) qui se sont exprimés sur le sujet et qui se sont tous posé la question du devenir de la formule, nos travaux s’attachent à évaluer dans quelle mesure l’habitat intergénérationnel peut être envisagé comme un élément de réponse, que l’on pourrait qualifier de durable, aux exigences de notre société de plus en plus âgée :
• Dans quel contexte social, politique et économique s’inscrit le développement de l’habitat intergénérationnel ?
• Quelles différentes formes prend l’habitat intergénérationnel ? À quels intérêts et objectifs répondent-elles ? Proposition d’une typologie des résidences intergénérationnelles.
• Comment évaluer l’impact social des formules d’habitat intergénérationnel et le relier à des modèles économiques durables ?

Mots-clés : Mixité sociale et vieillissement de la population, quelles perspectives pour un habitat intergénérationnel durable ?

Intergenerational housing has greatly developed since the 2010’s. By the end of year 2016, almost 200 intergenerational homes (about 8,000 flats), were in use all over France, in both urban and rural areas.
The rise of this concept has been carried by the social/public housing sector, responding to local public authorities’ demand, and promoted at a national scale by government authorities. They consider intergenerational housing to be an innovative, consensual and agile solution to address the challenges of ageing in regards to issues such as social bonds, inclusion, prevention, and home care.
Our aim is to lay the foundations of the phenomena, which hasn’t been much scientifically studied yet. Following the conclusions of the main observers (scientific or professional) that unanimously questioned the future of the concept, our work aim at evaluating how intergenerational housing can offer a sustainable answer to the challenges of our ageing society :
What is the social, politic, and economic context fostering intergenerational housing development ?
How is intergenerational housing shaped and produced in diverse territories ? Submission of a typology of intergenerational housing.
How to evaluate the social impact of intergenerational housing concept, and link it to sustainable financial models ?

Keywords : Intergenerational housing, Housing and ageing, Social housing, Community development.

Directeur(trice) de thèse : Céline BROGGIO

Membres du jury :
- Mme Céline BROGGIO, Directrice de thèse, Professeure des universités, Université Paris 13,
- Mme Marie-Christine JAILLET, Rapporteure, Directrice de recherche, Université de Toulouse 2,
- M. Franck CHIGNIER-RIBOULON, Professeur des universités, Université de Clermont Auvergne, Clermont-Ferrand,
- Mme Véronique ZARDET, Professeure des universités, Université Jean Moulin Lyon 3,
- M. Serge LE BOULCH, Président directeur Recipo-cité, Lyon,
- M. Guy VIDAL, Président directoire Sollar et Président AURA HLM, Lyon
- M. Jacques BONNET, Professeur retraité, Université Jean Moulin, Lyon 3.

Président(e) du jury : Véronique ZARDET