• Recherche,

REYNAUD Bérénice

Cinéma de femmes et condition féminine en Chine : une analyse de films de Ning Ying, Li Yu, Li Shaohong et Xu Jinglei (2001-2007)

Publié le 10 juin 2021 Mis à jour le 10 juin 2021

Thèse en Etude de l'Asie et ses Diasporas, soutenue le 15 décembre 2020.

Les différentes définitions du « cinéma de femmes » en Chine sont mises à l’épreuve par le tournant historique que représente le début du vingt-et-unième siècle et par l’émergence à la même période d’une « nouvelle vague de cinéma de femmes ». Cette étude procède à une analyse scénaristique et formelle des films les plus emblématiques de cette nouvelle vague. Ils sont l’œuvre de quatre réalisatrices à différents stades de leur carrière qui partagent néanmoins un intérêt pour la condition féminine de leur époque, sans pour autant se revendiquer explicitement féministes. L’examen de ce corpus permet de dégager des tendances au sein de ce cinéma qui sont développées en trois temps. Le premier temps fait appel au concept de « regard féminin » d’Iris Brey pour étudier la subjectivité et la mise en scène des héroïnes de deux films du corpus qui ont recours à une voix over à la première personne. Un second temps est consacré à l’ambivalence de l’appréhension de l’espace urbain par les personnages féminins, entre opportunités et contraintes, et comment ces films revendiquent une émancipation des femmes par la ville. Enfin, un troisième et dernier temps analyse la récurrence des fins ouvertes ou ambiguës, un choix délibéré qui invite à une remise en question de la société patriarcale chinoise. En conclusion, les conditions dans lesquelles ces films ont été produits, la posture de leurs réalisatrices et leur dimension féministe ainsi démontrée permettent de redéfinir le « cinéma de femmes ».

Mots-clés : Cinéma de femmes, féminisme, cinéma chinois, condition féminine, Ning Ying, Li Yu, Li Shaohong, Xu Jinglei.

The different definitions of "women's cinema" in China are challenged by the historical turning point of the early twenty-first century and the emergence of a "new wave of women's cinema" in the same period. This study proceeds to a textual analysis of the most emblematic films of this new wave. They are the work of four women directors at different stages of their careers who nevertheless share an interest in the women’s issues of their time, without explicitly claiming to be feminists. Examination of this corpus allows us to identify trends within this cinema that are developed in three chapters. The first chapter uses the concept of the "female gaze" by Iris Brey to study the subjectivity and mise-en-scène of the heroines of two films that use a first-person voice over. A second chapter is devoted to the ambivalence of the female characters' apprehension of urban space, between opportunities and constraints, and how these films claim an emancipation of women thanks to the city. Finally, a third and final chapter analyzes the recurrence of open or ambiguous endings, a deliberate choice that challenges China's patriarchal society. In conclusion, the circumstances in which these films were produced, the stance of their directors and their feminist dimension thus demonstrated allow us to redefine "women's cinema".

Keywords : Women’s cinema, feminism, Chinese cinema, women’s issues, Ning Ying, Li Yu, Li Shaohong, Xu Jinglei.

Directeur(trice) de thèse : Corrado NERI

Membres du jury :
- M. Corrado NERI, Directeur de thèse, Maître de conférences habilité à diriger des recherches, Université Jean Moulin Lyon 3,
- Mme Anne KERLAN, Rapporteure, Directrice de recherche, CNRS-EHESS, Paris,
- Mme Vanessa FRANGVILLE, Rapporteure, Senior Lecturer, Université libre de Bruxelles, Belgique,
- Mme Sophie COAVOUX, Maître de conférences habilitée à diriger des recherches, Université Jean Moulin Lyon 3,
- M. Martin BARNIER, Professeur des universités, Université Lumière Lyon 2.

Président(e) du jury :  Martin BARNIER