• Culture,
  • Etudiants,
  • Projets,
  • Vie Etudiante,

Quand l'Art nous tend la main | Lucien RABBE

"La main"

Publié le 15 avril 2021 Mis à jour le 15 avril 2021

Atelier d'arts plastiques dirigé par Jean-Baptiste SAVOY | Printemps 2021

Avec la participation de

Capucine CATHEBRAS & Maéna LECOMTE D’AMBROSIO, danse
Matteo BAEZ, réalisation, montage
Léa VALENTIN, assistante réalisation

L’avenir c’est ce qui dépasse la main tendue

Louis ARAGON


"Quand l'on nous a donné le thème de ce semestre, « La main », j’ai directement pensé au contact humain. Un élément vital qui malheureusement nous est restreint depuis le début de la crise sanitaire. Plus de poignées de main, plus d’accolade, à la limite un check ou un signe de la main, mais plus ce contact de corps-à-corps. C’est comme si on nous avait retiré notre sens du toucher.

Dans l’élaboration de mon projet, j’ai commencé par m’intéresser à la main dans tous ses détails : paume, empreinte, lignes de la main. J’ai fait plusieurs croquis. Puis en dessinant, je me suis inspiré de mains de danseuses, qui ont réellement été inspirantes pour l’avancée de mon projet. Portant un grand intérêt à la danse contemporaine, j’ai ainsi souhaité qu’elle soit une partie intégrante de mon œuvre.

La main peut-être un moyen pour se rassembler, il en est de même pour l’art. On le voit très bien dans la rue ces temps-ci. Avec les nombreuses manifestations pour défendre leurs droits et malgré la situation, l’art n’a jamais autant rapproché les Français. Ainsi, cette œuvre, qui a été pensée dans ma tête, a pu être réalisée uniquement avec ce lien que nous offre la main. J’ai donc fait appel à mon réseau que je remercie pleinement pour s’être rendu disponible. J’ai souhaité mêler danse, peinture, contact humain pour en faire ressortir les différentes émotions auxquelles on fait face quand on rencontre une personne.

La chorégraphie a été en partie improvisée sur le morceau de Ludovico EINAUDI « Experience ». J’ai réfléchi en amont au style et à l’évolution du mouvement et de la rencontre entre les deux danseuses, en réalisant une ligne directrice présentée sous forme de scénario. La vidéo a été en partie réalisée en contre-plongée afin d’accentuer les mouvements du haut du corps et de rendre les gestes de la main puissant.

Le clip est composé de cinq parties : dans un premier temps, celle de l’éveil, ensuite celle d’un premier contact qui reste léger et, en troisième partie, une composition en miroir qui exprime le sentiment de recherche. Jusqu’ici, on distingue deux couleurs, le bleu qui est le symbole de la fidélité, de la confiance et de la communication, c’est ce qui lui donnera la force d’aller à la rencontre de l’autre. Ensuite, le vert, couleur de la nature, de la vie, est l’élément qui amènera l’harmonie entre les deux personnages. En quatrième partie apparaît l’orange, qui ici favorise les rapports humains, le rythme monte en cadence, tout comme la relation entre les deux filles, que j’ai voulu traduire par « fuis moi, je te suis, suis-moi, je te fuis » qui est illustré par des gestes en poids contre poids. Pour finir, le rouge représente la puissance qu’on ressent dans le rythme, avant que s’installe celle de la passion.