• Culture,
  • Etudiants,
  • Projets,
  • Vie Etudiante,

Quand l'Art nous tend la main | Loane PARRIAUX

"La Main de Midas"

Publié le 15 avril 2021 Mis à jour le 15 avril 2021

Atelier d'arts plastiques dirigé par Jean-Baptiste SAVOY | Printemps 2021
 
Le mythe de Midas
Loane PARRIAUX - La Main de Midas Un jour, des hommes trouvèrent aux alentours du royaume de Phrygie une personne totalement ivre et donc décidèrent de le livrer au roi Midas. Celui-ci reconnu Silène, un des plus proches amis de Dionysos, dieu du vin et de la fête. Midas l’accueillit alors les bras ouverts et lui offrit l’hospitalité.

Quelques jours plus tard, Dionysos arriva en Phrygie pour retrouver son ami. Soulagé et heureux de le voir sain et sauf, il remercia Midas et décida de le récompenser en lui accordant un vœu. Le roi, extrêmement cupide, exigea immédiatement que tout ce qu’il toucherait se transformerait en or. Une fois le vœu exaucé le roi se précipita sur n’importe quel objet, qui dès son contact se transforma en or, et parcourut ainsi l’ensemble de son palais.

A la fin de la journée, Midas se mit à table pour festoyer. Il empoigna de la nourriture, mais celle-ci se transforma en or, telle que le vin qui lui aussi se changea en or liquide. Regrettant amèrement son pouvoir mais surtout pour ne pas mourir de faim, il implora Dionysos d’annuler ce vœu. Ce dernier lui indiqua qu’il devait se baigner dans le fleuve Pactole et remonter jusqu’à sa source où il se lavera entièrement de ce don. Midas s’exécuta et plongea dans les eaux, où le sable se changea en or. Ainsi, le roi perdu son pouvoir et retrouva une vie normale. Depuis ce jour, on attribue les richesses du fleuve Pactole (d’où l’expression "toucher le Pactole") qui fera la réputation de l’empire de la Phrygie.



"Cette sculpture est une représentation du mythe de Midas. Ces mains reproduisent les trois idées principales de manière chronologique : la cupidité de Midas, l’obtention de son pouvoir ainsi que son regret vis-à-vis ce don. Derrière elles, les halos mettent en avant à la fois le côté divin mais également la fugacité du pouvoir."