• Culture,
  • Etudiants,
  • Projets,
  • Vie Etudiante,

Quand l'Art nous tend la main | Estelle MAGNIN

"Sans titre"

Publié le 15 avril 2021 Mis à jour le 15 avril 2021

Triptyque d'affiches, 29,7 x 42 cm
 

Atelier d'arts plastiques dirigé par Jean-Baptiste SAVOY | Printemps 2021


"J’ai choisi de partir d’étymologies latines et illustrer leurs dérivés: ils représentent les fonctions de la main, qui est essentielle à l’Homme, dans son évolution et ses actions.

J’ai réalisé différentes affiches de format A3, faisant partie intégrante d’un triptyque, avec un graphisme très marqué. Pour cela je me suis inspirée de différentes affiches de propagandes des années 1940 et 1950, du graphisme de Rodtchenko et de Barbara Kruger.

Je voulais que mes affiches aient cet aspect authentique du fait main, comme celles de mai 68. J’ai utilisé le logiciel Photoshop : pour vieillir le papier, j’ai ajouté un effet de bruit pour le fond et les couleurs dominantes et primaires, dans cette même idée d’authenticité.

 
Quand l'Art nous tend la main | Estelle MAGNIN


Pour la première affiche en partant de gauche, Le combat, j’ai souhaité faire un effet tampon pour la typographie. La bulle bleue et jaune du fond rappelle le pop art des années 60, qui accentue le choc du poing contre les mots, toujours avec cet effet vieillit. Le mot poing vient du latin pugnus, i, lui-même dérivant de pugno : se battre. Pugnus provient aussi de pugna, ae qui signifie le combat aux poings.

Pour la seconde, le mot Monstre vient de latin monstrum, i, provenant du verbe monstrare : montrer. La typographie en rouge est floue, contrastant fortement avec le bleu en arrière plan, pour laisser une sorte de trace qui bave à sa lecture. Le flou a aussi pour but de rappeler les tags urbains. La répétition du mot en fond en plus de l’orientation des lettres et de la main renforce l’effet de désignation et d’accusation. 

Pour la dernière, Le protecteur, l’étymologie n’est pas directement en lien avec le mot main. Le ton général de l’affiche est moins dur. Le mot protecteur est un dérivé de defensor, oris, lui-même provenant de defensio, onis, signifiant la défense. Cette main tendue est comme une invitation à rejoindre une idée de confiance que l’on peut nous offrir."