• Culture,
  • Etudiants,
  • Projets,
  • Vie Etudiante,

Quand l'Art nous tend la main | Axelle GITTON

"La main"

Publié le 15 avril 2021 Mis à jour le 15 avril 2021

Atelier d'arts plastiques dirigé par Jean-Baptiste SAVOY | Printemps 2021


"La main est l’un de nos outils primordiaux au quotidien, c’est d’une telle évidence que celle-ci a décidé de prendre la parole pour vous montrer ses exploits et ce qu’elle vous permet de faire, d’accomplir.

Sur ces trois planches, vous suivrez l’histoire de la main au quotidien, qui pourrait être la vôtre aussi. Le sens de la lecture est traditionnel à la culture japonaise donc elle se fait de droite à gauche. Bonne lecture à vous.

Le thème qui est la main a été pour moi un réel défi. Représenter la main est mon talon d’Achille dans le dessin.
Comment traiter ce thème ?

Je suis passionnée par la culture asiatique et par la littérature manga. Je voulais donc me challenger en faisant trois planches de dessin dont le personnage principal est la main.
 

 
Planche 1
Quand l'Art nous tend la main | Axelle GITTON "La main"

Nous commençons l’histoire au début de la journée.
Le lecteur va être amené à penser alors que le protagoniste est la fille.
Cependant à la fin de la première planche, on comprend que ce n'est clairement pas le cas...
 


 
Planche 2
Quand l'Art nous tend la main | Axelle GITTON "La main"

Le réel protagoniste ne veut pas dévoiler son identité tout de suite, il préfère vous laisser deviner.
Une succession d’action va alors être représentée.


 
 
Planche 3
Quand l'Art nous tend la main | Axelle GITTON "La main"

Des gestes du quotidien liés à la Covid 19 sont ajoutés
pour rendre l’histoire d’actualité et aussi donner plus d’indices aux lecteurs.
La planche se termine sur une main qui écrit pour montrer que c’est elle qui fait sa propre histoire.
Nous retrouvons la femme et sa main qui dit au revoir
pour remercier les lecteurs d’avoir suivi son quotidien de sa main.




Lorsque les visages sont grisés c’est pour « forcer » le lecteur à se détacher du personnage féminin.

Ce fut un travail et un sujet intéressant à traiter car cela m’a permis de me rendre plus familière avec le dessin de la main et de comprendre le travail d’un Mangaka. Pour m’inspirer de la création de l’histoire, j’a regardé le manga « Gekkan Shoujo Nozaki kun » qui traite beaucoup du sujet du Mangaka. Concernant l’organisation des pages, j’ai pris exemple sur les mangas que je possède chez moi."