• Culture,
  • Lettres,

Le Roman des étudiants | France Culture - Télérama

Publié le 21 septembre 2021 Mis à jour le 3 novembre 2021

Venez lire les auteurs des romans en lice pour le Prix du Roman des étudiants France Culture - Télérama, et échanger autour de ces lectures !

Cette année,
plusieurs événements vous attendent

DES CAFÉS LITTÉRAIRES

Dans le cadre du prix du Roman des étudiants, le café littéraire est un lieu d’échanges, où l'on parle des romans de la sélection, où l’on débat pour convaincre les membres du jury de voter pour tel ou tel livre, où l’on écoute des extraits, où l’on prépare la rencontre des écrivains en proposant des questions. La venue des écrivains à l'université a lieu habituellement à la fin du mois de novembre. Deux cafés littéraires sont programmés et sont animés par Sandrine Rabosseau, enseignante à la Faculté des Lettres et Civilisations. A cette occasion, un des cinq romans est remis aux membres du jury.

Venez nombreux et bonne lecture !

le 7 octobre à 18h
le 21 octobre à 18h

 

DES RENCONTRES LITTÉRAIRES

le 23 novembre | 18h-19h30 | amphi M
En présence d'Antoine Wauters

le 25 novembre | 18h-19h30 | amphi M
En présence de Mathieu Palain

 

« Faire découvrir la littérature d’aujourd’hui aux jeunes d’aujourd’hui » : tel est l’objectif de ce jeune prix lancé par France Culture et Télérama, avec le soutien du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation.

Lancé il y a neuf ans par France Culture et Télérama avec les soutiens du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et du Centre national du Livre, l’objectif de ce prix est de faire découvrir la littérature d’aujourd’hui aux jeunes d’aujourd’hui. Il récompense chaque année un roman écrit en langue française issu de la rentrée littéraire de septembre.

Les étudiants-jurés, sélectionnés dans toute la France métropolitaine et en DROM-COM, grâce à l’engagement des universités participantes et des librairies indépendantes pourront :

  • Lire les 5 romans écrits en langue française, issus de la rentrée de septembre et présélectionnés par les rédactions de France Culture et Télérama
  • Rencontrer les 5 auteurs lors d’évènements organisés dans les universités participantes, les librairies partenaires, mais également en ligne !
  • Partager et débattre entre eux sur les réseaux sociaux leurs avis pour affiner leur sens critique
  • Élire et fêter leur lauréat(e) mi-janvier sur la Barge du CROUS de Paris.
 

Pour cette 9e édition :

Nathacha Appanah, Rien ne t'appartient, Ed. Gallimard


Elle ne se contente plus d'habiter mes rêves, cette fille. Elle pousse en moi, contre mes flancs, elle veut sortir et je sens que, bientôt, je n'aurai plus la force de la retenir tant elle me hante, tant elle est puissante. C'est elle qui envoie le garçon, c'est elle qui me fait oublier les mots, les événements, c'est elle qui me fait danser nue.
Il n'y a pas que le chagrin et la solitude qui viennent tourmenter Tara depuis la mort de son mari. En elle, quelque chose se lève et gronde comme une vague. C'est la résurgence d'une histoire qu'elle croyait étouffée, c'est la réapparition de celle qu'elle avait été, avant. Une fille avec un autre prénom, qui aimait rire et danser, qui croyait en l'éternelle enfance jusqu'à ce qu'elle soit rattrapée par les démons de son pays.

À travers le destin de Tara, Nathacha Appanah nous offre une immersion sensuelle et implacable dans un monde où il faut aller au bout de soi-même pour préserver son intégrité.

Mathieu Palain, Ne t’arrête pas de courir, Ed. L'iconoclaste  ​​​​

L’énigme d’un homme, champion le jour, voyou la nuit. Un face-à-face exceptionnel entre l’auteur et son sujet.

De chaque côté du parloir de la prison, deux hommes se font face pendant deux ans, tous les mercredis. L’un, Mathieu Palain, est devenu journaliste et écrivain, alors qu’il rêvait d’une carrière de footballeur. L’autre, Toumany Coulibaly, cinquième d’une famille malienne de dix-huit enfants, est à la fois un athlète hors norme et un cambrioleur en série. Quelques heures après avoir décroché un titre de champion de France du 400 mètres, il a passé une cagoule pour s’attaquer à une boutique de téléphonie.

Au fil des mois, les deux jeunes trentenaires deviennent amis. Ils ont grandi dans la même banlieue sud de Paris. Ils auraient pu devenir camarades de classe ou complices de jeux. Mathieu tente d’éclaircir « l’énigme Coulibaly », sa double vie et son talent fracassé, en rencontrant des proches. Il rêve qu’il s’en sorte, qu’au bout de sa course, il se retrouve un destin.

Tout sonne vrai, juste et authentique dans ce livre. Mathieu Palain a posé ses tripes sur la table pour nous raconter ce face-à-face bouleversant. Quand la vraie vie devient de la grande littérature. La révélation d’un auteur qui dépeint avec talent une France urbaine, ultra-réaliste et contemporaine.

Maria Pourchet, Feu, Ed. Fayard

Elle, mariée, mère, prof. Trop sérieuse? Lui, célibataire, joggueur, banquier. Mais qui parle à son chien. Entre eux, une passion sublime, mais qui ne pouvait que mal finir.


Laure, prof d’université, est mariée, mère de deux filles et propriétaire d’un pavillon. À 40 ans, il lui semble être la somme, non pas de ses désirs, mais de l’effort et du compromis.

Clément, célibataire, 50 ans, s’ennuie dans la finance, au sommet d’une tour vitrée, lassé de la vue qu’elle offre autant que de YouPorn.
Laure envie, quand elle devrait s’en inquiéter, l’incandescence et la rage militante qui habitent sa fille aînée, Véra.
Clément n’envie personne, sinon son chien.


De la vie, elle attend la surprise. Il attend qu’elle finisse. Ils vont être l’un pour l’autre un choc nécessaire. Saisis par la passion et ses menaces, ils tentent de se débarrasser l'un de l'autre en assouvissant le désir… Convaincus qu’il se dompte.
 
Dans une langue nerveuse et acérée, Maria Pourchet nous offre un roman vif, puissant et drôle sur l'amour, cette affaire effroyablement plus sérieuse et plus dangereuse qu’on ne le croit.

Tanguy Viel, La fille qu’on appelle​, Les éditions de minuit

Quand il n'est pas sur un ring à boxer, Max Le Corre est chauffeur pour le maire de la ville.

Il est surtout le père de Laura qui, du haut de ses vingt ans, a décidé de revenir vivre avec lui. Alors Max se dit que ce serait une bonne idée si le maire pouvait l'aider à trouver un logement.




 

Antoine Wauters, Mahmoud ou la montée des eaux, Verdier  

Syrie. Un vieil homme rame à bord d’une barque, seul au milieu d’une immense étendue d’eau. En dessous de lui, sa maison d’enfance, engloutie par le lac el-Assad, né de la construction du barrage de Tabqa, en 1973.
 

Fermant les yeux sur la guerre qui gronde, muni d’un masque et d’un tuba, il plonge – et c’est sa vie entière qu’il revoit, ses enfants au temps où ils n’étaient pas encore partis se battre, Sarah, sa femme folle amoureuse de poésie, la prison, son premier amour, sa soif de liberté.

Cet ouvrage a reçu le prix Marguerite-Duras, le prix des lecteurs de la Librairie Nouvelle à Voiron et le prix de la Librairie Nouvelle d’Orléans.

C'est entre ces cinq auteurs et leurs romans, parus en cette rentrée littéraire 2021, que se jouera le prochain Prix du Roman des étudiants France Culture - Télérama, attribué par des étudiants-jurés, sélectionnés dans toute la France !

Qui succèdera à Maylis de Kérangal, Eric Reinhardt, Olivier Bourdeaut, Gaël Faye, Léonor de Recondo, Pauline Delabroy-Allard, Emma Becker ou encore Lola Lafon ?

Partenaires :
       
Thématiques :
Culture; Lettres