• Recherche,
  • Philosophie,

BUFFONE Jesica Estefania

La nécessité ontologique de la pensée sauvage. Développement et apprentissage dans la théorie de la perception de Maurice Merleau-Ponty, Contributions et discussions sur une phénoménologie du schéma corporel dans la petite enfance

Publié le 14 février 2019 Mis à jour le 27 novembre 2019

Thèse en cotutelle en Philosophie, soutenue le 22 novembre 2018.

L’analyse phénoménologique de l’expérience que Maurice Merleau-Ponty commence à ébaucher dans La structure du comportement (1967) et qui donne forme à la Phénoménologie de la perception (1945) nous rapproche du monde de la vie depuis la perspective de ce que l’auteur lui-même appellera la chair du monde, d’un monde qui nous parle médiatisé par les formalisations abstraites et par la conceptualisation d’une expérience qui nous échappe toujours et qui nous montre le caractère sans cesse fuyant du temps. À travers la nécessité de décrire l’arôme d’un citron et l’acidité de son goût, à travers la nécessité de retourner à ce monde en portant sur lui un regard plus naïf et pétri de notre expérience, nous pouvons trouver la nécessité même d’une analyse phénoménologique de l’enfance. Dans ce retour presque spontané vers la récupération des mouvements libres, du regard surpris, de la synchronie harmonieuse avec la peau des autres, l’enfant semble être non seulement le sujet d’étude de la psychologie (fuyant, complexe, échappant au regard de l’adulte), mais aussi l’image presque métaphorique de la genèse de l’acte perceptuel même, du stade pur et idéal de l’organisation corporelle d’un sujet qui semble arriver au monde doté de quelques outils qui déterminent, avant tout, son aperturité.
Psychologie et pédagogie de l’enfant. Cours de Sorbonne (1949-1952) (2001), réunit un ensemble de cours dans lesquels l’auteur s’occupe spécifiquement du problème de l’enfance. Dans cette œuvre (qui constituera le fil conducteur de ce travail), Merleau-Ponty aborde différents aspects liés au développement infantile et à l’interaction entre l’enfant et le monde qui l’entoure. L’acquisition du langage chez l’enfant, la structure de la conscience infantile, l’intelligence, la perception et la relation que l’enfant établit avec les adultes, sont quelques-uns des thèmes que Merleau-Ponty développera tout au long de ces cours et qui ne seront pas seulement l’objet d’une analyse centrée uniquement sur l’étude de la constitution psycho-sociale de l’enfant, mais soulèveront également un certain nombre de questions au sujet de la théorie de la perception pour ceux qui l’abordent.
Donc, l'objectif de ce travail est d’analyser les processus qui interviennent dans la construction du schéma corporel pendant la petite enfance, pour ainsi reconstruire la genèse de l’appareil perceptif depuis une perspective phénoménologique. Pour quelle raison l’enfance est-elle importante dans la théorie de la perception de Merleau-Ponty ? Existe-t-il une différence entre la théorie formulée dans la Phénoménologie de la perception et l’ensemble de concepts qui, à propos de ce processus, est présenté dans les cours dédiés à l’enfance ? Le schéma corporel est-il un construit théorique qui s’organise et se redéfinit à partir de dynamiques similaires au processus historique lui-même ? La proprioception, l’imagination, le transfert postural et la construction des habitualités perceptives sont quelques-unes des dynamiques qui seront étudiées de façon critique au sein de sa théorie, pour expliquer l’appropriation et l’utilisation qu’en fait le philosophe français et pour les rapprocher, dans le même temps, de quelques-uns des débats actuels de la psychologie du développement. De la même manière, les processus de constitution et d’organisation perceptive seront mis en dialogue avec la dynamique que Merleau-Ponty décrit comme étant sous-jacente à la temporalité historique et expliqueront ainsi les ruptures et les similitudes entre la définition du corps propre et la relance de l’histoire elle-même. De cette manière, un des principaux objectifs du présent travail sera d’explorer, non seulement les possibilités que la conception de l’enfance de Merleau-Ponty offre pour l’analyse de certains problèmes actuels de la psychologie infantile, mais également d’étudier les voies politiques que semble habiliter sa théorie corporelle de la perception depuis sa définition même du corps.

 
The phenomenological analysis of the experience that Maurice Merleau-Ponty begins to outline in The Structure of Behavior and which shapes in Phenomenology of Perception brings us closer to the world of life from what he will call the flesh of the world, a world that speaks to us mediated by abstract formalizations and by the conceptualization of an experience that always slips away and that shows us the unattainable side of time. In the need to paint the aroma of a lemon and the acidity of its flavor, in the need to return to that world from a naive and entrenched look in our experience, is where we can find the very need of a phenomenological analysis of childhood. In this almost spontaneous shift towards the recovery of free movements, the surprised look, the harmonic synchrony with the skin of others, the child appears not only as the subject to be studied by psychology (elusive, complex, opaque to the gaze of the adult), but also as a quasi-metaphorical image of the genesis of the perceptual act itself, the pristine and ideal stage of the bodily organization of a subject that seems to arrive in this world provided with a few tools that determine, first of all, its openness.
Psychologie et pédagogie de l'enfant. Cours de Sorbonne (1949-1952) (2001), brings together a series of courses in which this author deals especially with the problem of childhood. In this work (which will be the axis of the journey that will be made in this thesis) Merleau-Ponty addresses various aspects related to child development and the child's interaction with the surrounding world. The acquisition of language in the child, the structure of child consciousness, intelligence, perception and the relationship that the child establishes with adults are some of the issues that Merleau-Ponty will develop throughout these courses and that will be unfold not only as analysis confined to the study of the psycho-social constitution of the child, but also they throw us squarely into the midst of certain questions that their theory of perception opens to those who approach it.
The aim of this work is to analyze the processes involved in the construction of the body schema during early childhood, in order to reconstruct the genesis of the perceptual apparatus from a phenomenological perspective. Why is childhood important in Merleau-Ponty's theory of perception? Is there any difference between the theory formulated in Phenomenology of perception and the conception that this process holds in the courses dedicated to childhood? Is the body schema a construct that is organized and redefined from dynamics similar to the historical process itself? The proprioception, the imagination, the postural transfer and the construction of the perceptual habitualities are some of the dynamics that will be critically compared in the heart of his theory, to elucidate the appropriation and the use that the French philosopher made of them in order to join them, at the same time, with some current debates in the psychology of development. Likewise, the processes of constitution and perceptual organization will be put in dialogue with the dynamics that Merleau-Ponty describes as underlying historical temporality, elucidating the breaks and similarities between the definition of one's own body and the relaunching of history itself.
Thus, one of the main objectives of this work will be to explore not only the possibilities that the conception of Maurice Merleau-Ponty's childhood offers to analyze some current problems of child psychology, but also to investigate the political paths that its body theory of perception seems to enable from its very definition of body. Merleau-Ponty's philosophy becomes, then, "towards the things themselves," to redefine them, to explain them, to make it clear that the construction of the subject of perception is in itself an intersubjective, cultural, historical and political act.


Mots-clés : Merleau-Ponty, Enfance, Perception, Schéma Corporel, Intersubjectivité 

Keywords : Merleau-Ponty, Childhood, Perception, Corporal Schéma, Intersubjectivity 


Directeur (trice) de thèse : Etienne BIMBENET


Membres du jury :
M. Etienne BIMBENET, Co-directeur de thèse, Professeur des universités, Université Bordeaux Montaigne,
Mme Graciela RALON DE WALTON, Co-directrice de thèse, Professeure, Université Buenos Aires,
M. Emmanuel DE SAINT AUBERT, Directeur de recherche, CNRS Paris,
Mme Maximilano CLADAKIS, Professeure, Université Nationale de San Martin Buenos Aires,
M. Yves THIERRY, Professeur retraité, Lycée Honoré de Balzac Paris
M. Esteban GARCIA, Professeur, université U.B.A. Buenos Aires.


Président du jury : Esteban GARCIA