17240051 - Philosophie politique et morale

Volume horaire total 33
Volume horaire CM 18
Volume horaire TD 15

Formations dont fait partie ce cours

Contenu

Licence 1 Droit (pour double cursus) et Licence Droit - Philosophie - Semestre 1 - Année universitaire 2020-2021

Enseignant : Théophile PÉNIGAUD

Thème du cours : La faiblesse de la volonté

Présentation du cours :
« Je vois le bien, l’approuve et vais au mal » (Ovide, Les Métamorphoses) ; « Ce que je veux, je ne le fais pas ; ce que je ne veux pas, je le fais » Épître aux romains, St Paul). Ces formules passent pour les expressions canoniques du problème philosophique de l’akrasia ou « faiblesse de la volonté ». Comment est-il possible d’agir à l’encontre de son meilleur jugement (et cela est-il vraiment possible) ? Comment pourrait-on agir à l’encontre de ce qu’on voit ou croit être bon ? Y a-t-il une véritable différence entre juger qu’une chose est bonne et la vouloir ?

Ce cours suivra l’évolution du problème de l’akrasia de ses premières formulations dans l’antiquité à ses reformulations modernes et contemporaines. L’enjeu sera d’abord de proposer une explication aux phénomènes acratiques sans recourir à l’hypothèse ad hoc d’une volonté métaphysiquement libre. Il s’agira ensuite d’en examiner les aspects pratiques. Si la faiblesse de volonté constitue un échec pour l’agent, comment peut-il tâcher d’y remédier ? Jusqu’où est-il légitime, pour le pouvoir politique, de prévenir la faiblesse de volonté des citoyens, sans verser dans le paternalisme ?

Bibliographie

Pour préparer le cours durant l’été, les étudiants liront avec profit les livres VI et VII de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote.
La lecture des livres I, II, III, IV et V est également recommandée, dans l’optique d’acquérir rapidement une culture philosophique élémentaire.