08220005 - Textes philosophiques en langue étrangère - Grec

Niveau de diplôme Licence - Semestre 5
Crédits ECTS 2
Volume horaire total 15
Volume horaire TD 15

Responsables

Formations dont fait partie ce cours

Contenu

Licence 3 - Semestre 5 - Année universitaire 2022-23

Enseignant :
Christian GIRARD

Thème du cours : Plutarque : De la vertu morale (Περὶ ἠθικῆς ἀρετῆς)

Présentation du cours :
Quelle doit être la juste place des affections dans la vie du sage ? C’est cette question qu’envisage Plutarque dans De la vertu morale.
En opposition avec les stoïciens qui conçoivent l’affection comme une perversion du jugement, Plutarque affirme comme Platon que l’âme est duelle, constituée d’une faculté de connaissance rationnelle et de deux facultés irrationnelles dont procèdent les affections.
Cependant, pour surmonter cette dualité, toujours susceptible de se transformer en antagonisme, il ne fait pas appel au paradigme des vertus développé par Platon selon le schème de la tripartition de l’âme au livre IV de la République, mais au paradigme des « vertus éthiques », exposé par Aristote dans les cinq premiers livres de l’Ethique à Nicomaque.

Ce choix décisif modifie la définition de l’idéal de vie. Le sage n’aspire plus au projet radical de maîtrise de soi ou d’éradication des affections, mais à un idéal de tempérance, où l’affection n’est plus conçue comme l’adversaire de la raison, mais bien plutôt comme son adjuvant, voire même son aiguillon nécessaire.
 

Bibliographie

Le texte est disponible en ligne dans une traduction ancienne :
http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Plutarque/vertumorale.htm

Les deux éditions scientifiques de référence en français sont :
  • Plutarque. Œuvres morales, Tome VII, 1ère partie, Traités 27-36, La Vertu peut-elle s'enseigner ? - De la vertu morale - Du contrôle de la colère - De la tranquillité de l'âme - De l'amour fraternel - De l'amour de la progéniture et autres traités, édit. et trad. J. Dumortier avec la contribution de J. Defradas, Paris, Les Belles Lettres, 2003.
  • Plutarque. De la vertu éthique. Introduction, texte, traduction et commentaire par Daniel Babut, Paris, Les Belles Lettres, 1969.

Pour comprendre le dialogue entretenu avec Platon et Aristote et la controverse engagée contre les stoïciens, il est recommandé de lire :
  • Platon : République, Livre IV, traduction par G. Leroux, Paris, Flammarion, GF, 2004.
  • Aristote : Ethique à Nicomaque, Livres I, II, III , trad. R. Bodéüs, Paris, Flammarion, GF, 2004.
  • Long A. A. et Sedley D. N., Les Philosophes hellénistiques II. Les Stoïciens, traduction par J. Brunschwig et P. Pellegrin, GF-Flammarion, 2001.

Contrôles des connaissances

Le cours consistera à traduire des extraits du Περὶ ἠθικῆς ἀρετῆς et à en proposer un commentaire philosophique.

À chaque séance, les étudiants auront un contrôle sur le vocabulaire du texte étudié lors du cours précédent (entre 10 et 20 mots). Chacun, pendant le semestre, devra être en mesure de retraduire un passage étudié en classe.
L’évaluation finale consistera en l’analyse, guidée par des questions, d’un extrait du Περὶ ἠθικῆς ἀρετῆς en version originale, accompagné de sa traduction. Les étudiants, devront proposer un commentaire philosophique du texte, en mobilisant connaissances acquises pendant le cours et réflexion personnelle.