• Culture,

8BHN | Installations plastiques | T.Léo

Publié le 30 août 2019 Mis à jour le 15 octobre 2019
T.Léo - sculptures sur façade sud de la B.U. ©David VERNIER - Université Jean Moulin Lyon 3
T.Léo - sculptures sur façade sud de la B.U. ©David VERNIER - Université Jean Moulin Lyon 3

A l'occasion de la 8e Biennale Hors Normes, franchissez les portes de la connaissance avec Actéon, accompagné de sa meute...

Chien-loup, gardien intemporel de la connaissance, appelle à oublier pour un temps son origine. Dans son apparence de mort en acte, tête sans visage pour référer à tout visage, laisse transparaître la nécessité du sauvage dans l’intellect pour s’épanouir. Le dédain de la raison pour le chien n’est qu’un refus de l’absurde, d’une condition d’animal mortel.

Les œuvres étonnantes de T.LÉO nous racontent sous une forme nouvelle le mythe d’Actéon : le chasseur aguerri surprit la déesse Artémis se baignant ; cet affront lui valut d'être changé en cerf et dévoré par sa meute qui ne put le reconnaître.

T.Léo - sculptures
Après l’abandon du personnage d’Actéon, la meute devient personnage à part entière et à géométrie variable ; n’ayant plus de victime désignée elle semble nous prendre à partie, nous rappelant l'homme par ses traits, ses comportements...

Le chien peut aussi devenir, dans une certaine mesure, le bouc émissaire des méfaits de notre humanité comme s’il devait assumer la part de bestialité que l’on s’évertue à bannir de nos caractéristiques.

Il est aussi la sauvagerie domestiquée (le loup reste un peu en chaque chien), asservie par l’homme qui dresse aussi ses contemporains. Docilité parfois inquiétante ; il arrive que sa soumission déconcerte comme déconcerte notre obéissance dans certaines circonstances.

Les installations inscrivent l’animalité dans les espaces qu’elles occupent et prennent dans ceux-ci des connotations particulières. Au pied d’une cathédrale les canidés deviendraient ainsi une invasion de gargouilles ; sur les murs d’un musée des êtres fantoma­tiques se confondant avec la paroi les supportant... À l’Université, peut-être le symbole de cette bestialité domptée par l’acquisition des savoirs aussi bien qu’un rappel que notre sauvagerie n’est pas bien loin.

 

Sculpture - T.LéoEntrez, entrez ...

VERNISSAGE

Lundi 30 septembre | 18h
Manufacture des Tabacs
Entrée du 6 rue Rollet


Laissez-vous transporter dans les univers artistiques hors normes des artistes plasticiens MARCO et T.LÉO au fil d’une déambulation théâtralisée.

Infos & réservation



 
T.LÉO | Artiste plasticien
Sculptures, miroirs du terroir, "chiommes", crânes et pense-bêtes...

Explorez les méandres de l'atelier de T.LÉO,
parcourez la galerie de ses créations plastiques.


Sculptée ou peinte, l’œuvre de T.LÉO semble sortir tout droit d’outre-tombe. Chiens errants filandreux aux allures spectrales, oiseaux de mauvais augures aux corps décharnés, arbres majestueusement cadavériques aux membres sinueux perdus quelque part dans le no man’s land, cet artiste capte le souffle de la mort dans un esthétisme fantasmagorique d’une sinistre élégance. Le noir, le blanc et l’acier règnent alors en maîtres de cérémonie.

Si ces âmes perdues s’érigent en êtres solitaires  dans un silence à la fois glaçant et poétique, T.LÉO fait aussi de ce substrat de vie qui réside dans la mort un cri perçant de douleur.

Surgissent alors de ses tâches d’encre de troubles visages hagards reprenant forme dans la tourmente ; l’ombre de l’humanité à la fois consumée et aspirante. Vigilances prises, on serait bien tenté, comme l’osent certaines de ses frêles figures féminines, d’esquisser un Pas de deux avec cet univers lugubre où s’y traînent les pieds de quelques faucheurs d’âmes.
Audrey MATON
Partenaires :
Logo BHN - La Sauce Singulière
Thématiques :
Culture