Aller au menu | Aller au contenu | Aller à la recherche

[ Université Jean Moulin Lyon 3
Recherche avancée

Université Jean Moulin Lyon 3

Membre Fondateur - Université de Lyon

Accueil : Université Jean Moulin / Recherche / Publications et thèses / Thèses / Thèses soutenues / Thèses soutenues - 2007

LASSERRE Patricia

  • Version PDF

Les filiations de la théosophie de Jacob Böhme dans la pensée philosophique et spirituelle en langue française entre le XVIIIème et le XXème siècle : Louis-Claude de Saint-Martin, Nicolas Berdiaev, Henri Bergson

Mise à jour : 17 novembre 2008

Thèse de Philosophie, soutenue le 25 juin 2007.

Jacob Böhme, théosophe allemand du XVIIe siècle est encore très peu connu dans la culture philosophique française. Pourtant son oeuvre a eu un impact considérable dans le monde entier et particulièrement sur les philosophes et poètes de l'idéalisme allemand, tels que Hegel, Schelling, Goethe, Novalis ou encore Hölderlin. Pour quels motifs Böhme reste-t-il encore absent du paysage philosophique de notre pays ? Son absence est-elle significative ?

Cette recherche consiste à pallier en partie cette lacune, le message de Böhme mérite d'être entendu car il contient les germes d'une véritable pensée philosophique. Ce fait a été attesté dès la fin du XIXe siècle et la première partie du siècle dernier par A. Koyré, E. Boutroux et N. Berdiaev. Quelle est la teneur de ce discours original ? Qu'a-t-il apporté à la pensée philosophique en langue française ?

Le théosophe français Louis-Claude de Saint-Martin, est le premier traducteur officiel français de Böhme, il a étudié l'allemand dans le seul but de traduire les ouvrages de celui qu'il appelle son second maître. Cet auteur du XVIIIe siècle a paradoxalement favorisé la redécouverte de Böhme en Allemagne.

Quant au philosophe Nicolas Berdiaev il a rédigé deux études sur des notions clefs de Böhme : l'Ungrund et la Sophia, préfaçant l'une de ses œuvres capitales, le Mysterium magnum. Il a ainsi contribué à le faire pénétrer discrètement dans l'univers de la philosophie française.

Enfin, Bergson n'a ni traduit, ni jamais mentionné le nom de Jacob Böhme dans ses écrits, la comparaison semble donc a priori incongrue. Néanmoins, la lecture de son œuvre laisse transparaître comme un lien de parenté avec le philosophe teutonique.

Ce dernier constat met en exergue ce qu'il s'agissait de démontrer à travers cette recherche, à savoir l'enrichissement mutuel de la pensée philosophique et spirituelle.

Mots-clés : Androgyne, cosmogonie, intuition, kabbale, mysticisme, théogonie, ungrund.

Directeur de thèse : Jean-Jacques WUNENBURGER

Membres du Jury :
Jean-Louis VIEILLARD-BARON, Université de Poitiers
Jean-Marie Le LANNOU, Université de Versailles
Bruno PINCHARD, Université Jean moulin Lyon 3
Jean-Jacques WUNENBURGER, Université Jean moulin Lyon 3

Mention : Très honorable

Équipe d'accueil : Institut de recherches philosophiques de Lyon

Thématique(s)
Recherche, Philosophie

[ Recueil des thèses et H.D.R. ]

[ Contact ]

Pour toute question relative aux résumés de thèses soutenues, veuillez contacter Patricia GALEA - patricia.galea@univ-lyon3.fr

[ Documentation ]

Rechercher un article

Recherche un article

Mise à jour : 17 novembre 2008