• Recherche,
  • Philosophie,

DUARTE David

La représentation de l’identité européenne

Publié le 9 février 2015 Mis à jour le 6 juillet 2016

Thèse en Philosophie - Etude des systèmes soutenue le 2 février 2015.

Avec la signature du Traité de Paris en 1951, l’unité européenne est passée du
domaine des rêves à celui de la réalité. Des institutions communes ont été créées, ainsi qu’un droit communautaire qui a harmonisé les législations des États membres et une citoyenneté supranationale reconnue. Pourtant, pouvons-nous affirmer que la communauté européenne existe ? Celle-ci, n’exige-t-elle pas également l’existence d’une représentation commune qui rassemble des peuples qui ont parcouru leurs histoires au rythme des conflits ? Y a-t-il un sentiment de coappartenance en Europe ?
Nous soutenons que l’objet politique non identifié qu’est l’Union Européenne ne peut faire l’objet d’une représentation que s’il n’assume son europeanité. En d’autres termes, l’existence d’une communauté politique européenne consolidée est ici conditionnée à la représentation de l’identité européenne, à l’existence d’un ensemble de références partagées et donc fédérateur des différences qui la constituent. Il s’agira de questionner, dans un premier moment, les relations entretenues par l’Europe avec le temps et l’espace. Ceux-ci permettront alors de dégager les traits caractéristiques de l’européanité à l’origine d’un style européen. Ce style européen sera ensuite associé à la construction politique, comme le contenu doit être associé à la forme. Ce sera alors le moment pour questionner les modèles politiques européens de façon à savoir enfin lequel parmi l’État-nation et l’Empire est le plus adéquat au style européen.

With the signature of the Treaty of Paris in 1951, european unity moved from
the field of dreams to reality. Common institutions were created, as well as a community law that harmonised the laws of the member states and recognised supranational citizenship.
However, can we say that the european community really exists? Doesn’t it also requires the existence of a common representation that brings together the people who have walked through their stories to the rhythm of conflicts? Is there a feeling of co-belonging in Europe? This thesis argues that the unidentified political object that is the European Union cannot be the object of representation if it does not assume its europeanity. In other words, the existence of a consolidated european political community is here conditional on the representation of european identity, that is, on the existence of a set of shared references that consequently unify the differences that make up the territory. Therefore, on a first approach, the relationships between Europe and the space-time dimensions are questioned. These will then allow us to bring out the characteristic features of europeanity that form an european style.
This european style will then be associated with political construction, the same way that contents must be associated with form. This will then be the time to question the European political models so that we may know, between nation state or Empire, which is most appropriate to the european style.

Mots-clés :  Europe, Union Européenne, imaginaire politique, Empire, État-nation,
identité, représentation.

Keywords :
Europe, European Union, political imaginary, Empire, State Nation,
identity, representation.

Directeur de thèse :  Jean-Jacques WUNENBURGER

Membres du jury :
- Thierry MENISSIER, Professeur, Université de Grenoble II, IAE
- Olivier FERON, Professeur à Pontificia Universidade C do Parna, Brésil
 - Frédéric MONNEYRON, Professeur, Université de Perpignan
- Bruno PINCHARD, Professeur, Université Jean Moulin Lyon 3
- Jean-Jacques WUNENBURGER, Professeur, Université Jean Moulin Lyon 3

Président du jury : Thierry MENISSIER

Mention : Très honorable

Equipe d'accueil :  IRPHIL

 

 


Mise à jour : 6 juillet 2016