• Recherche,
  • Etudes,

Prix de thèse - Année 2015

Publié le 1 décembre 2015 Mis à jour le 7 février 2018

Vendredi 16 décembre 2016, l’Université Jean Moulin Lyon 3 a décerné ses prix de thèse 2015 dans les trois domaines suivants : Droit, Sciences humaines et Sciences de gestion.

[legende-image]1290696748799[/legende-image]

Les quatre lauréates ont été récompensées d'une médaille, d'un diplôme et d'une subvention de 4 000 €, lors d'une cérémonie à la Manufacture des Tabacs en présence de Jacques Comby, Président de l'Université, et de Peter Wirtz, Vice-président chargé de la Recherche. Ces derniers ont tenu à saluer la « grande qualité des travaux » réalisés par « de brillants docteurs et avec des directeurs de thèse tout aussi brillants » et à souligner qu'une fois docteur, « on est docteur à vie ».

Prix de thèse « Droit » - Lauréate ex aequo : Ariane GAILLIARD
Pour sa thèse intitulée « Les fondements du droit des sépultures », soutenue le 10 décembre 2015.

Directrice de thèse : Madame Blandine MALLET-BRICOUT
Équipe d'accueil : CLJ - Équipe de droit privé

Le sujet de thèse en quelques mots :
La sépulture est un bien original, à la fois protégé et objet d’une activité juridique. L’étude des fondements du droit des sépultures met au jour un droit au croisement de plusieurs branches juridiques et ouvert sur l’histoire du droit et l’anthropologie. Dans son régime actuel, ce droit témoigne d’une prise en compte de la religion, à travers un fondement sacré, mais également d’une importance accordée à la famille, par un fondement communautaire. Ce bien a hérité des époques romaine et médiévale un régime qui se maintient encore aujourd’hui.

Lauréate ex aequo : Fanny TARLET
Pour sa thèse intitulée « Les biens publics mobiliers », soutenue le 11 décembre 2015.

Directrice de thèse : Madame Sylvie CAUDAL
Équipe d'accueil : IEA

Le sujet de thèse en quelques mots :
Les biens publics mobiliers sont au cœur d’un paradoxe : prédisposés à la circulation juridique entre les patrimoines, ils sont pourtant l’objet d’une dévolution préférentielle aux personnes publiques. La thèse démontre, par l’étude des rapports de droit tels qu’ils sont rectifiés par le caractère mobilier des biens, comment les personnes publiques captent par priorité ces biens immatériels et matériels liés à l’intérêt général, sans être pour autant des propriétaires vertueux.
Cette recherche a été menée au sein de l’Équipe de droit public de Lyon, et de son Institut d’études administratives, qui ont été d’un soutien sans faille et qui offrent à leurs doctorants des conditions de travail particulièrement privilégiées et chaleureuses.

Prix de thèse « Sciences Humaines » - Lauréate : Émeline COMBY
Pour sa thèse intitulée « Pour qui l’eau ? Les contrastes spatio-temporels des discours sur le Rhône (France) et le Sacramento (Etats-Unis) », soutenue le 1er décembre 2015.

Directeur de thèse : Monsieur Hervé PIEGAY
Équipe d'accueil : CRGA

Le sujet de thèse en quelques mots :
Si la gestion intégrée des cours d’eau se veut tout à la fois durable, efficace et équitable, sa mise en œuvre sur le terrain fait face à des difficultés. Cette thèse, fondée sur une approche géohistorique et discursive, étudie notamment comment des catastrophes et/ou des risques peuvent modifier les politiques publiques. De plus, elle analyse comment ces préconisations sont transposables (ou non) aux fleuves Rhône et Sacramento.

Prix de thèse « Sciences de Gestion » - Lauréate : Noémie DOMINGUEZ
Pour sa thèse intitulée « Internationalisation des PME et déploiement des stratégies tête-de-pont », soutenue le 2 juillet 2015.

Co-directrices de thèse : Mesdames Ulrike MAYRHOFER & Catherine MERCIER-SUISSA
Équipe d'accueil : MAGELLAN

Le sujet de thèse en quelques mots :
L’internationalisation est un défi pour les petites et moyennes entreprises (PME) qui y voient le moyen de diversifier leurs marchés et d’accélérer leur croissance. Cette recherche porte sur la mise en place des stratégies tête-de-pont, démarche consistant à s’implanter dans un pays pour réexporter vers des marchés tiers voisins : pourquoi et comment les PME s'internationalisent-elles ainsi? Elle repose sur l'étude de cinq PME manufacturières rhônalpines et identifie les principales étapes de déploiement, l'impact sur les activités ainsi que les difficultés rencontrées.