• Vie Etudiante,
  • Vie de l'Université,
  • Culture,

Premier Prix Caméléon : quand la lecture devient un événement fédérateur

Publié le 28 janvier 2015 Mis à jour le 9 février 2015
Lancée en septembre dernier, la première édition du Prix Caméléon de Lyon 3 a rapidement suscité l’adhésion des étudiants jurés. Retour sur un projet protéiforme dont le verdict sera rendu le 24 mars.

La découverte de romans étrangers traduits en français, un pays partenaire de Lyon 3 à l’honneur, la constitution d’un jury composé d’étudiants, des conférences : le Prix Caméléon porte bien son nom, et reflète la complémentarité des compétences mises en œuvre. Imaginé par Florence Godeau, professeur de littérature comparée, ce projet à visée culturelle et pédagogique a trouvé écho et soutien auprès de Laurence Bourget-Messin, conservatrice des Bibliothèques universitaires, qui appelait de ses vœux, dans le cadre de la Mission Culture, l’organisation d’un événement littéraire axé sur la littérature contemporaine et la « création d’un fonds d’ouvrages qui accompagne les étudiants dans une logique d’ouverture culturelle et de loisirs ». Baptisé par le service communication de Lyon 3, pleinement impliqué dans ce projet fédérateur, le Prix Caméléon répond à cet objectif tout en s’ouvrant chaque année à un pays différent, dont la langue et la littérature sont encore méconnues.

Pour cette première édition, le choix du Brésil s’est fait tout naturellement : l’Université Jean Moulin y a noué des partenariats, et, dans le cadre de l’Année du Brésil, le pays sera l’invité du Salon du livre de Paris.

100 étudiants pour départager 4 romans


Restait à trouver des ouvrages en nombre et qualité suffisants… Quatre œuvres ont été choisies durant l’été parmi une quinzaine de romans récemment traduits. En septembre, ces livres ont été remis aux cent étudiants jurés qui se sont portés volontaires. Leur rôle ne s’arrête pas à la lecture et au vote, mais comprend aussi la participation à deux rencontres-débats. La première a été donnée en novembre par Jean-Claude Laborie, maître de conférences à l’Université Paris-Ouest, spécialiste du Brésil. La seconde a été animée par Michel Riaudel, professeur à l’Université de Poitiers, traducteur de littérature brésilienne, le 16 décembre. Les contraintes d’emploi du temps n’ont pas permis à tous les étudiants d’assister à la première conférence, mais la majorité d’entre eux poursuivent leur engagement dans ce projet qui les sensibilise aux processus de traduction tout en leur faisant découvrir un pays à travers des romans. « J’aime beaucoup lire et même si j’ai déjà beaucoup à lire dans le cadre de mes études, j’ai souhaité vivre cette expérience de juré pour découvrir la littérature brésilienne que je ne connais pas, témoigne Bastien André, étudiant en première année de droit mention science politique. C’est très enrichissant car les conférences permettent d’approfondir les lectures, donnent envie d’en savoir plus… Cela m’a aussi permis de faciliter mon intégration car j’ai pu rencontrer des étudiants d’autres filières que l’on a peu l’occasion de côtoyer dans l’université. » Bastien André a lu deux des quatre ouvrages, avec une nette préférence pour Belém… mais il a hâte de découvrir les autres ! « Nous avons pu constater un véritable intérêt des étudiants pour la littérature contemporaine et une grande curiosité pour une littérature qu’ils ne connaissent pas », se félicite Laurence Bourget-Messin.


Crédit photo - ©David Venier - Université Jean Moulin Lyon 3

Le vote sera organisé en ligne du 9 au 13 février, « dans l’isoloir de l’ordinateur », sourit-elle. La remise du prix aura lieu le 24 mars en présence de l’auteur et de son traducteur.

Découvrez les quatre romans sélectionnés