• Culture,

Jazz Hands. La main, le geste, l'empathie

Publié le 9 octobre 2019 Mis à jour le 9 octobre 2019
Jazz Hands © Marta NIHJUIS 2019
Jazz Hands © Marta NIHJUIS 2019

Une soirée transdisciplinaire théorique et musicale dans le cadre du projet "Handle With Care | Confluences huMAINes" par Marta NIJHUIS.

Projet en résonance à la 15ème Biennale d'Art Contemporain de Lyon.


En partenariat avec

Le Périscope
L'Institut Culturel Italien de Lyon

La Galerie LE 1111 - Céline Moine & Laurent Giros Fine Art



Une rencontre entre science et art, théorie et musique, parole et son, dans un dialogue autour du thème de la main.

Un rendez-vous insolite, où la musique s’entrelacera aux mots des chercheurs, se construisant au rythme de la pensée, par échelles tonales et contrepoints. Elle s’introduira au cœur de la conférence à l’instar du silence de la parole, faisant de la place à l’imaginaire et à la réflexion. Une expérience unique où le spectateur sera pris par la main et amené sur le fil d’un flux de conscience où la compréhension passe par le sentiment, l’imagination, l’intuition.


Présentation d'une oeuvre vidéo du collectif AHURA MAZDA - Marta NIJHUIS & Anna Caterina DALMASSO, réalisée en collaboration avec LE JACOBIN.


 
Avec
Vittorio GALLESE, neuroscientifique
Andrea PINOTTI, philosophe
Didi BOZZINI, historien de l’art

Raimondo MELI LUPI, aux guitares
Sandro RAVASINI, à la batterie
Mirco REGGIANI, à la guitare basse

Présentée par Mauro CARBONE, philosophe



 
Entrée libre & gratuite
Inscription obligatoire à pointculture@univ-lyon3.fr / 04 78 78 78 00


 
Marta NIJHUIS, plasticienne en résidence d'artiste à Lyon 3

Artiste trans-média italo-hollandaise née en 1983 à Milan, Marta NIJHUIS vit et travaille à Lyon depuis 2009.

Peinture, photographie, vidéo, écriture se combinent et gravitent, dans son œuvre, autour d’une conception de l’identité basée sur une mémoire culturelle plurielle, sur sa préservation et sa transmission, à une époque où la mondialisation tend à effacer toutes différences.

L'artiste se met donc à l’écoute des histoires de ces gens qui ont migré vers des pays étrangers et inconnus : la fascination pour la manière dont une culture se façonne dans une autre, se déforme et se régénère, anime son travail.

Marta NIJHUIS ©Ilaria TRIOLO
Suivant le même fil rouge, l’artiste s’intéresse également aux surfaces dont le rapport avec l’image est de l’ordre de la déformation : écrans suggérant des ombres, bassins d’eau et miroirs produisant infatigablement des reflets, révélant l’extraordinaire qui fleurit dans l’ordinaire.



L'œuvre de Marta NIJHUIS a été présenté dans de nombreuses galeries d’art et centres culturels en Europe et aux États-Unis.

Parmi ces-ci, à Milan, la Galerie Cappelletti, la Galerie Ponte Rosso, le Cercle de la Presse et le Consulat des Pays Bas (Milan) et la Fondation Giorgio Correggiari (Bari). En France elle a exposé auprès d’institutions comme la Manufacture des Tabacs de Lyon (Université Jean Moulin Lyon 3) et la Maison de l’International de Grenoble, ainsi qu’à la Galerie Françoise Besson (Lyon). En 2015 et en 2017 elle a également été artiste en résidence auprès du Fine Arts Center de l’Université du Rhode Island aux États-Unis. Elle est auteure de textes littéraires et théâtraux et enseigne la Philosophie de l’Art et la Théorie des images.

 

Vittorio GALLESE, neuroscientifique

Vittorio GALLESE est professeur de Physiologie à l’Université de l’État de Parme, professeur d’Experimental Aesthetics à l’Institute of Philosophy de la School of Advanced Study de la University of London et Adjunct Senior Research Scholar au départment de Art History and Archeology de la Columbia University de New York.

Neuroscientifique cognitiviste, il est l’un des découvreurs des neurones miroirs, à savoir les neurones s’activant pendant l’exécution de mouvements finalisés, tout comme pendant l’observation de mouvements semblables exécutés par d’autres individus. Une telle découverte donne une base physiologique à l’empathie. La recherche de Vittorio GALLESE vise à identifier les mécanismes fonctionnels du cerveau qui sont à la base de la cognition sociale, de l’inter-subjectivité, de l’empathie, du langage et de l’expérience esthétique.

 

Andrea PINOTTI, philosophe

Andrea PINOTTI est professeur d'esthétique, de la représentation et de la théorie de l'image à l'Université de Milan. Il a été chercheur invité à l'Italian Academy for Advanced Studies de l'Université Columbia de New York, à l'EHESS, à la FMSH, à l'Institut Warburg de Londres et au ZfL de Berlin ainsi que professeur invité à l'Université Jean-Moulin Lyon 3 et directeur de programme au Collège international de philosophie de Paris, de 2010 à 2016.

Parmi ses publications, on compte : Estetica della pittura (2007), Cultura visuale. Immagini sguardi media dispositivi (en collaboration avec A. SOMAINI, 2016) et L'empathie. Histoire d'une idée de Platon au posthumain (2016).

 

Didi BOZZINI, historien de l'art

Ancien chercheur à la Sorbonne et professeur de Philosophie, Didi BOZZINI est critique d’art et commissaire d’exposition indépendant.

Il a collaboré avec le Centre Georges Pompidou de Paris, le Musée National de la Photographie Fotografiska de Stockholm et l’Institut National de l’Audiovisuel de Paris. Il a été commissaire de nombreuses expositions en Europe et il a signé plusieurs publications monographiques sur des artistes modernes (GOYA) et contemporains (notamment Alighiero BOETTI et Sol LEWITT).

Ses publications les plus récentes concernent l’œuvre de l’artiste photographe Roger BALLEN (Asylum of the Birds, New York, Thames and Hudson et The House Project, London, Odee). La plus récente exposition dont il a été le commissaire, Il terzo giorno (Le troisième jour) se trouve actuellement au Palais du Gouverneur de Parme.

Didi BOZZINI est également rédacteur de la revue culturelle ifioridelmale.it

 

Mauro CARBONE, philosophe

Mauro CARBONE, spécialiste d’esthétique, ancien membre senior de l’Institut Universitaire de France, est professeur de Philosophie à l’Université Jean Moulin Lyon 3 et co-résponsable de l’axe « Sociétés Contemporaines » de l’Institut de Recherches Philosophiques de Lyon. Précédemment, il a été Professeur d’Esthétique Contemporaine auprès de l’Università degli Studi de Milan.

Son travail critique et herméneutique autour de l’œuvre de Maurice MERLEAU-PONTY a contribué à en influencer la réception. La pensée de MERLEAU-PONTY inspire, entre autres, un de ses derniers livres, La chair des images : Merleau-Ponty entre peinture et cinéma (Paris, Vrin, 2011).

Ses recherches actuelles sont focalisées sur les rapports entre l’expérience visuelle contemporaine et la philosophie à faire aujourd’hui : Être morts ensemble : l’événement du 11 Septembre 2001 (Genève, MētisPresses, 2013), Philosophie-écrans : du cinéma à la révolution numérique (Paris, Vrin, 2016 ; Milan, Raffaello Cortina, 2016).

En lien avec ses recherches actuelles, il a fondé et il dirige le Groupe permanent de recherche Vivre par(mi) les écrans.


 

La Biennale de Lyon - Logo Résonance   Logo Institut Culturel Italien Lione   Logo Le Périscope - Scène de musiques innovantes

Inscriptions closes