• Vie de l'Université,

Droit Justice et Cinéma : retour sur des rencontres au fabuleux dessein !

Publié le 28 mars 2011 Mis à jour le 2 mars 2012

Retour sur les prodigieuses Rencontres Droit, Justice et Cinéma, organisées du 21 au 25 mars dernier.

VISIONNEZ LA CONFERENCE DU 21 MARS EN PRESENCE DE ROBERT BADINTER

Au programme : cinq journées organisées sous le sceau de l’ouverture culturelle et rythmées par des films emblématiques. Des invités prestigieux dont Robert Badinter, ancien Ministre et ancien Président du Conseil Constitutionnel.

ACCEDEZ A LA GALERIE PHOTOS
En présence de Robert Badinter


Du 21 au 25 mars, les rencontres Droit Justice Cinéma revisitent de grands classiques du 7ème art français : « L’appât » de Bernard Tavernier, « L'ivresse du pouvoir » de Claude Chabrol, « Welcome » de Philippe Lioret, etc. Mais l’heure est aussi à l’ouverture sur le monde avec notamment « Du silence et des ombres » de Robert Mulligan. Un thème lie toutes les œuvres proposées : l’instant criminel, à savoir, ce moment fatidique où le meurtrier passe à l’acte. Un instant « T » qui sait regrouper des partenaires prestigieux : le cinéma Comoedia, l'Institut Lumière, le Centre National de la Cinématographie mais aussi le  Barreau de Lyon, la Chambre des Notaires du Rhône, la Cour d’Appel de Lyon, la ville de Lyon, la région Rhône-Alpes, le Conseil Général du Rhône, etc.


Robert Badinter
, ancien Ministre de la justice et ancien Président du Conseil Constitutionnel, présidait la soirée d’ouverture, le 21 mars à 18h à l’Auditorium André Malraux aux côtés de Jean-Jacques Bernard, rédacteur en chef Ciné Cinéma Classic.

Une manifestation aux objectifs multiples
Cet événement permet d’ouvrir l’Université aux lycéens afin de leur faire connaître le monde de la Justice. Fédérer les étudiants de Droit autour d’un projet culturel mais aussi organiser un dialogue entre les professionnels du Droit, de la Justice et du Cinéma, est le deuxième enjeu. « Le 7ème art, explique Lionel Lacour, agrégé d’histoire et délégué général des rencontres, montre le Droit tel que les téléspectateurs le perçoive et tel que le Droit se donne à voir. De fait, il existe un écart entre l’écran et la réalité ». Enfin, il s’agit d’apporter une culture cinématographique aux jeunes et de démocratiser le monde du Droit et de la Justice. « Le film n’est pas un prétexte pour parler du Droit, explique Franck Marmoz, directeur de l’Institut d’Etudes Judiciaires de Lyon. Le film est un véritable vecteur pour transmettre aux étudiants une autre manière d’aborder le Droit et la Justice ». 

A vous de jouer les Tontons flingueurs !

Rédigé par Mélanie Pereira
Etudiante M2 Communication internationale
Encadrée par Elisabeth Cossalter - Maître de conférences
Contact :
Lionel LACOUR : lionel.lacour@cinesium.fr
Thématiques :
Vie de l'Université