Devenir professionnel des diplômé.e.s de l’université Jean Moulin

Publié le 7 novembre 2017 Mis à jour le 24 avril 2018
La parution des enquêtes sur le devenir des diplômé.e.s de la promotion 2014 permet de mieux connaître leurs parcours d’insertion et les emplois occupés.

2 539 : c’est le nombre de diplômé.e.s de licence professionnelle et de master que l’OFIP (Observatoire des Formations et de l’Insertion Professionnelle) a interrogé.e.s cette année, dans le cadre de l’enquête nationale d’insertion professionnelle. Réalisée auprès de la promotion 2014, l’enquête atteint 72% de réponses.

52 mentions de master et 21 parcours de licence professionnelle ont été observés. Les grands domaines de formations concernés sont les suivants : Droit, Économie, Gestion, Sciences Humaines et Sociales, Lettres et Langues.

Les résultats de cette enquête permettent d’avoir une meilleure connaissance des parcours d’insertion des jeunes diplômé.e.s et des emplois occupés. Sont observées : les conditions d’entrée dans la vie active (durée et mode d’accès au premier emploi), la part des diplômé.e.s  en emploi et les caractéristiques des emplois à travers différents indicateurs (statut, type d’employeur et secteur d’activité, niveau de qualification et de rémunération, localisation de l’emploi, etc.). La satisfaction des diplômé.e.s vis-à-vis des études suivies, du stage effectué et de l’emploi occupé est aussi évaluée. Un répertoire d’emplois complète l’information.

Les résultats de la dernière enquête montrent que l’accès à l’emploi est rapide : 2 mois en moyenne. Il est favorisé par le stage ou l’alternance effectué en milieu professionnel.   Les taux d'emploi sont élevés : 91% en licence professionnelle et 85% en master.

 La qualification des emplois correspond au niveau des diplômes obtenus :
  • 80% des diplômé.e.s de master occupent un emploi de niveau cadre.  
  • Les diplômé.e.s de licence professionnelle se positionnent sur des emplois de catégorie intermédiaire avec une forte implantation professionnelle en Auvergne-Rhône-Alpes.

Les diplômé.e.s obtiennent en forte proportion des contrats de travail en CDI : 80% pour les masters et 94% pour les licences professionnelles. Les emplois sont pratiquement tous occupés à temps complet. Les diplômé.e.s de licence professionnelle travaillent majoritairement dans des entreprises de moins de 200 salarié.e.s. À l’inverse, les diplômé.e.s de master sont embauché.e.s dans des entreprises comptant plus de 1 000 salarié.e.s.

Le revenu mensuel net médian s’élève à 1 969 € après le master et à 1 679 € après la licence professionnelle. Les emplois sont surtout occupés dans le secteur privé : 74% des diplômé.e.s de master et 96% des diplômé.e.s de licence professionnelle.

L’évaluation globale des principaux aspects de leur emploi montre que l’autonomie dans le travail, le contenu de l’emploi, les relations dans l’entreprise sont très bien notés, les rémunérations et les perspectives de carrière recueillent des avis plus nuancés.
 
L’enquête révèle aussi des différences entre hommes et femmes sur le marché de l’emploi, notamment en ce qui concerne les rémunérations et les qualifications. Dès les premières années de vie professionnelle, on constate des écarts de salaire importants : à diplôme égal, ces écarts sont de l’ordre de 200 € en moyenne. Par ailleurs, les femmes sont sous-représentées dans les catégories d’emploi les plus élevées (cadres et professions intellectuelles supérieures).
 
L’OFIP a publié les résultats quantitatifs et qualitatifs de cette enquête, sous forme d’un document de synthèse pour l’université Jean Moulin et ses composantes, mais aussi sous forme de fiches par diplôme, de manière à appréhender la spécificité de chacun.  L’ensemble de ces résultats est à retrouver sur le site de l’université.