• Recherche,

BODINI Jacopo Giansanto

Pour une histoire du désir contemporain. Dispositifs et discontinuités.

Publié le 21 mai 2019 Mis à jour le 2 juillet 2019

Thèse en Philosophie, soutenue le 10 mai 2019.

La philosophie a tendance à ne pas concevoir le désir comme une notion historiquement connotée, mais plutôt comme un concept immuable. Le présent travail, au contraire, se propose de fournir des éléments pour l’élaboration philosophique d’une histoire du désir contemporain, s’articulant à travers des dispositifs et des discontinuités, des tendances et des moments de rupture. Notre objectif n’est pas de rédiger l’Histoire du désir et ses récentes transformations. En revanche, on se propose d’un côté de fournir des éléments pour pouvoir penser, philosophiquement, l’existence d’une histoire du désir, pour la fonder théoriquement ; de l’autre, de mettre en évidence, sans aucune prétention d’exhaustivité, certains des caractères définissant le désir de nos jours, certaines parmi les mutations qui, en premier lieu, nous ont suggéré l’existence d’une telle histoire encore toute à explorer. L’élaboration d’une telle histoire a été effectuée à partir d’une convergence entre la pensée de Deleuze, Foucault et Lyotard autour des notions principales structurant les présent travail : le désir, l’histoire, la notion de dispositif et celle de discontinuité. Néanmoins, nous avons croisé la pensée de ces auteurs avec d’autres, dans la tentative de souligner une convergence générationnelle. Dans l’histoire du désir contemporain on a reconnu un privilège à l’écran – à comprendre en tant que dispositif, au sens foucaldien du terme – à partir duquel on élaborera des tentatives de périodisation et on identifiera des discontinuités. Faire une histoire du désir contemporain signifie pour nous se demander comment l’on désire selon les écrans.

Philosophy tends to consider desire not as a historical notion, but rather as an immutable concept. Our work, however, aims to provide some elements for a philosophical elaboration of a history of contemporary desire, alternating dispositifs and discontinuity, tendencies and moments of rupture. Our purpose is absolutely not to define The History of desire and of its recent transformations. On the contrary, on one side we try to provide some theoretical elements in order to start thinking, philosophically, to a historicity of desire. On the other, without any claim of completeness, we try to identify some features defining the status of contemporary desire, by analysing some among the many mutations of desire which characterise our times and inspired this research in the first place. The elaboration of such a history mainly results from a convergence among the thoughts of Deleuze, Foucault and Lyotard, around the fundamental notions structuring this work, such as desire, history, dispositif, discontinuity. Nevertheless, we will often compare the thoughts of those authors with others, in order to highlight a sort of generational convergence. In the history of contemporary desire, we acknowledged a privilege to the screen – that has to be understood as a dispositif, in the large sense that Foucault gave at this notion. Thanks to its privilege, the screen will be the starting point for a periodisation of the history of contemporary desire and the identification of its discontinuities. How do we desire according to screens ?

Mots-clés : désir ; discontinuité ; dispositif ; écran ; historicité ; Deleuze ; Foucault ; Lyotard 

Keywords : desire; dispositif; discontinuity; historicity; screen; Deleuze; Foucault; Lyotard         


Directeur(trice) de thèse : Mauro CARBONE

Membres du jury :
- M. CARBONE Mauro, Directeur de thèse, Professeur des universités, Université Jean Moulin Lyon 3,
- Mme Giovanna BORRADORI, Full professor, Vassar College Poughkeepsie, New-York USA,
- M. Andrea PINOTTI, Professor ordinario, Università degli Studi di Milano Italie,
- Mme Marida DI CROSTA, Maitre de conférences habilitée à diriger des recherches, Université Jean Moulin Lyon 3,
- M. Stéphane LOJKINE, Professeur des universités, Université Aix en Provence,
- M. Dominique CHATEAU, Professeur des universités émérite, Université Paris I Panthéon ASSAS.


Président(e) du jury : Andrea PINOTTI