• Recherche,

Projet FEDER POIA "Co-RESTART"

Publié le 15 décembre 2017 Mis à jour le 6 juillet 2018

image AlpesLe méta-projet Co-RESTART (Co-construire la RÉSilience des Territoires Alpins face aux Risques naTurels dans un contexte de changement climatique) permet de fédérer les compétences de chercheurs en Sciences Humaines et Sociales rattachés à quatre laboratoires de recherche :
• EVS (Université Jean Moulin Lyon 3),
• GRESEC et PACTE (Université Grenoble Alpes),
• ESPACE (Université d'Avignon).

Les 4 projets présentent chacun une entrée et un dispositif méthodologique original et innovant, en complémentarité les uns avec les autres, tout en restant indépendants les uns des autres :

Le WP1 - Work package 1 (porté par Pauline TEXIER - EVS / Université Jean Moulin Lyon 3) vise à accompagner les acteurs dans la réalisation d'un diagnostic partagé pour un Plan d'Action de résilience des territoires en tenant compte des différents types d’usagers. Il s'agit aussi de comprendre leur(s) vulnérabilité(s) et d'évaluer leurs capacités d’auto-adaptation existantes et leur(s) rapport(s) au territoire, à l’environnement et au collectif. Une analyse rétrospective des dispositifs de gestion des risques doit permettre d’identifier les pérennisations et changements nécessaires dans la gouvernance. Cette phase s’accompagne d’un effort réflexif sur ce qu’est la résilience et ses implications politiques, mais aussi sur l’élaboration d’un indicateur spatialisable de résilience à l’échelle fine d’un territoire.
Le WP2 est porté par le GRESEC, Université Grenoble Alpes (responsable scientifique : Jean-Philippe De Oliveira, MCF)
Le WP3 est porté par PACTE, Université Grenoble Alpes (responsable scientifique : Elise Beck, MCF)
Le WP4 est porté par ESPACE Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse (responsable scientifique : Johnny Douvinet, MCF).

Objectifs du projet et résultats attendus :
Afin d’améliorer la résilience des territoires alpins face aux risques naturels et ce, dans un contexte de changement climatique, le projet Co-RESTART vise plusieurs objectifs imbriqués :
• Mieux prendre en compte les spécificités locales des terrains de montagne (en termes de vulnérabilités et de capacités mais aussi de relation au territoire) et des populations qui y vivent (classées selon leur rapport/connaissance du territoire, leur forme de peuplement à l’origine d’enjeux, d’intérêts, de priorités, de facteurs de motivation collective différenciés) pour les accompagner dans la dynamique de co-construction des outils de prévention des risques naturels et dans l'élaboration de stratégies d’adaptation au changement climatique (selon une approche intégrative des risques sur le long terme);
• Impliquer les acteurs du territoire dans la réalisation de diagnostics. Nous proposons en ce sens une recherche-action où l’acteur intervient à des degrés différents, dès la définition des problèmes ou dans l’opérationnalisation de la recherche suivant le projet ;
• Envisager des approches alternatives pour développer des :

o diagnostics partagés de territoires dans l'optique d'une gestion intégrée des risques ;
o outils d’expérimentation originaux et innovants ;
o dispositifs de communication mobilisant savoirs experts et expertises d’usage ;
o outils de gestion adaptés aux territoires étudiés.

Les résultats obtenus dans le cadre du projet Co-RESTART contribueront à reconnaître l'importance des savoirs émanant des experts d’usage, souvent négligés dans les approches actuelles de gouvernance du type "TOP-DOWN", et reconnaissant un transfert nécessaire de l’information allant désormais aussi du bas vers le haut. Les méthodes et les outils développés permettront de replacer le citoyen au cœur de sa propre sécurité civile et de sa prévention en expérimentant des dispositifs (scènes théâtralisées, nouveaux protocoles d'enquête, création d'un réseau « sentinelles » de veille…) adaptés aux particularités des territoires de montagne.
Ces investigations méthodologiques, toutes pensées pour répondre à une demande opérationnelle, aboutiront à des préconisations pour les collectivités partenaires, avec des plans d’action directement applicables et appropriés du fait d’une co-construction omniprésente avec les acteurs locaux et la population. Une partie des résultats attendus sera également transférable sous forme de guides envers d’autres collectivités et acteurs, notamment les TAGIRN. Ces guides favoriseront la résilience de ces territoires, avec des stratégies de gestion des risques naturels intégrées aux dynamiques de développement territorial.

Financement :
Le projet bénéficie d’une aide FEDER.
L’opération s’inscrit dans le cadre du Programme opérationnel interrégional du Massif des Alpes FEDER (POIA) pour la période de programmation 2014-2020 de la politique de cohésion économique, sociale et territoriale de l’Union européenne, au titre de :

- l’axe 3 : « développer la résilience des territoires et des populations face aux risques naturels »
- l’objectif thématique 5b : « Étendre et améliorer la gestion intégrée des risques naturels sur le massif »
- la priorité d’investissement ou l’objectif spécifique 4 : « favoriser les investissements destinés à remédier à des risques spécifiques, en garantissant une résilience aux catastrophes et en développant des systèmes de gestion des situations de catastrophe ».