• Vie institutionnelle,
  • Vie de l'Université,
  • International,

Marielle Payaud, une nouvelle directrice à la tête de l’Institut international pour la Francophonie (2IF)

Publié le 7 novembre 2018 Mis à jour le 20 novembre 2018
Logo 2IF
Logo 2IF
Portrait de Marielle Payaud qui succède à Olivier Garro à la tête de l’Institut international pour la Francophonie (2IF)
Marielle Payaud
Après une formation universitaire, diversifiée (marketing, management, stratégie, méthodologie de la recherche) et complète en sciences de gestion : DUT, MSG, DEA et un doctorat soutenu en 2003, Marielle Audrey Payaud devient Maître de conférences en 2005, Habilitation à Diriger des Recherches (HDR) en 2010 et Professeur des Universités en 2016.

La crise financière de 2007-2008 et les drames économiques, sociaux et écologiques qui l’ont accompagnée, ont accéléré sa prise de conscience sur les relations "management/sociétés" et l’ont amenée à intensifier ses lectures et réflexions sur les dimensions et les champs politiques, sociologiques et anthropologiques.

Tout en restant ancrées en sciences de gestion, ses recherches et ses enseignements se sont dès lors naturellement portés vers ces interrelations et sur des questions telles que la Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE), ces recherches nécessitant des investigations cliniques et qualitatives, elle a alors initié, négocié et conduit des terrains de recherche en Afrique au Cameroun, Gabon et Burkina Faso, entre autres.

Ce sont ces expériences africaines qui lui ont permis de se rapprocher de 2IF en 2015. Son intérêt pour la francophonie s’était d’ailleurs déjà manifesté dès 1997, lors de diverses collaborations de recherche avec le Québec et le Canada et étalées sur plus d’une décennie.

Depuis son intégration à 2IF, elle a créé la « Revue Internationale des Francophonies » - son nom, sa ligne éditoriale et un engagement académique - et développé un portefeuille de diplômes d’université.


Les missions de l'Institut international pour la Francophonie – 2IF


L'Institut international pour la Francophonie s’intéresse à la francophonie comme à la Francophonie, la première étant dédiée à l’ensemble des personnes parlant la langue française et la seconde aux institutions internationales en lien avec cette langue ainsi que les États qui participent à ce grand jeu. Chiffre marquant : en 2018 nous sommes 300 millions de francophones dans le monde… et peut-être 800 millions en 2050 !

2IF souhaite conforter ses activités universitaires : la formation (master de science politique et relations internationales, spécialité Francophonie et mondialisation ; les 5 diplômes d’université, des universités d’été et le MOOC) et la recherche (E.A. Francophonie, mondialisations et relations internationales).

Il entend intensifier et élargir son rayonnement local, national et international. Local grâce aux relations avec des partenaires privilégiés, en particulier la Région AURA, national et international en développant des projets tel que Le Dictionnaire, vivement souhaité par le Président de la République française Emmanuel Macron, ou encore la création du premier centre de documentation de la Francophonie grâce aux archives confiées par l’OIF, et le développement du Réseau des Chaires Senghor de la francophonie (17 chaires dans le monde).

La portée et la richesse d’un monde, ses spécificités culturelles et institutionnelles, ses influences ne peuvent se révéler qu’en comparaison et relations avec les autres mondes, chacun s’enrichissant des différences et des complémentarités.
Travailler sur et avec la Francophonie, c’est ainsi défendre et vivifier un monde et un espace francophones.

Promouvoir la langue française et les productions scientifiques et intellectuelles francophones qu’elle véhicule, c’est aussi contribuer au maintien de la pluralité des langues, « super-centrales » (espagnol, portugais, français…) à tout le moins et de la diversité culturelle qu’elles portent et expriment.

L'Institut souhaite ainsi contribuer à entretenir la richesse et la complexité d’un monde par ailleurs soumis à des forces technologiques, économiques et financières souvent globalisantes.