Aller au menu | Aller au contenu | Aller à la recherche

[ Université Jean Moulin Lyon 3
Recherche avancée

Université Jean Moulin Lyon 3


Accueil : Université Jean Moulin / Recherche / Publications et thèses / Thèses / Thèses soutenues / Thèses soutenues - 2016

DEVYLDER Simon

  • Version PDF

The Part-Whole Schema We Live Through: a Cognitive Linguistic Analysis of Part-Whole Expressions of the Self

Mise à jour : 21 juin 2016

Thèse en Linguistique anglaise soutenue le 13 juin 2016.

Bien que le Self soit une abstraction omniprésente de notre quotidien, il demeure complexe à définir. L'immense majorité des cultures du monde fait appel aux relations parties-tout afin de conceptualiser cette abstraction intime: nous catégorisons nos corps en tant que touts faits de parties, et réifions beaucoup d'aspects intangibles du Self au travers de l'image schéma PARTIE-TOUT (ex: "J'ai perdu une partie de moi ce jour là"; "je me sens entier"). Le Self et les relations parties-tout ont fait l'objet de nombreuses recherche à ce jour. Il convient donc, dans un premier temps, d'établir l'état de l'art en se focalisant sur un certain nombre de contributions influentes à ce sujet, qui nous permettront d'introduire les concepts et notions clés à partir desquels nous établirons notre hypothèse. Nous proposons une définition étroite de la relation partie-tout, puis, en accord avec le cadre théorique de la linguistique cognitive, nous proposerons que nous pouvons en apprendre sur la conceptualisation du Self en étudiant les expressions linguistiques qui y réfère. En effet, du point de vue de la linguistique cognitive, le sens et la conceptualisation ne font qu'un, et nous analysons donc les mécanismes conceptuels à l’œuvre dans les expressions partie-tout du Self. La linguistique cognitive a réconcilié la pensée et le corps en démontrant que la pensée était incarnée. Nous proposons ainsi d'analyser les expressions partie-tout que les anglophones utilisent pour conceptualiser le Self incarné. Nous montrons que l'anglais a des stratégies syntaxiques encodant la conceptualisation du corps en tant que tout fait de parties de manière très précises. Nous proposerons ensuite d'analyser les stratégies linguistiques que les anglophones utilisent pour faire référence à leur Self intangible. Nous soutenons que le schéma PARTIE-TOUT est omniprésent dans la conceptualisation du Self aussi bien dans ses aspects tangibles, qu'intangibles. Nous soutenons que ce schéma est un modèle récurrent hérité de notre expérience sensorimotrice au travers duquel nous vivons, et que ce système de conceptualisation est très précisément capturé par la langue que nous parlons.

The Self is a ubiquitous abstraction of our daily lives, and yet remains complex to define. The vast majority of the world’s cultures recruit a part-whole conceptualizing process to give shape to this intimate abstraction: we categorize our bodies as wholes made of parts, and we reify many aspects of our intangible Self through the PART-WHOLE schema (e.g. “I lost a part of me that can never be replaced”; “I feel whole”). The Self and part-whole relations have both received a considerable amount of attention. I first review influential contributions to both domains of investigation to introduce the theoretical background and key concepts, upon which I build my argument, and also raise some issues, which I propose to address throughout this dissertation. I propose a narrow definition for the part-whole relation, and following the cognitive linguistic literature, I argue that we can learn more about the way we conceptualize our Self by analyzing the linguistic expressions that refer to it. Indeed, from the standpoint of Cognitive Linguistics, meaning is conceptualization, and I thus analyze the conceptual mechanisms at work in part-whole expressions of the Self. Cognitive Linguistics has put back together the long divorced mind and body in Western culture by demonstrating that the mind is embodied. Accordingly, I first propose to analyze part-whole expressions that English speakers use to conceptualize the Embodied Self. I show that English has syntactic strategies that encode the conceptualization of the body as a whole made of parts at a fine level of granularity. I then propose to analyze linguistic strategies English speakers use to refer to their Intangible Self. In both tangible and intangible aspects of the Self I argue that the PART-WHOLE schema is a pervasive recurring pattern of our sensorimotor experience that we live through, and that this complex conceptual system is precisely encoded in language.

Mots-Clés :
Relations partie-tout, self, synecdoche, métonymie, linguistique cognitive.

Keywords :
Part-whole schema, self, synecdoche, metonymy, cognitive linguistics.

Directeur de thèse : Denis JAMET

Membres du jury
:
- Jean-Rémi LAPAIRE, Professeur des universités, Université Montaigne, Bordeaux 3
- Maarten LEMMENS, Professeur des universités, Université Charles de Gaule, Lille 3
- Asifa MAJID, Professeur des universités, Radboud University, Pays-Bas
- Myriam BOUVERET, Maître de conférences, Université de Rouen
- Denis JAMET, Professeur des universités, Université Jean Moulin Lyon 3

Président du jury
: Jean-Rémi LAPAIRE

Mention
: Très honorable avec Félicitations du jury.

Equipe d'accueil
: CEL
 


Thématique(s)
Recherche

[ Recueil des thèses et H.D.R. ]

[ Contact ]

Pour toute question relative aux résumés de thèses soutenues, veuillez contacter Patricia GALEA - patricia.galea@univ-lyon3.fr

[ Documentation ]

Rechercher un article

Recherche un article

Mise à jour : 21 juin 2016