17200039 - Les Fondateurs de la philosophie

Crédits ECTS 5
Volume horaire total 24
Volume horaire CM 24

Responsables

Contenu

Licence 1 - Semestre 1 - Année universitaire 2018-2019

Enseignant : G. GUYOMARC'H

Thème du cours : Le Problème du mal en philosophie ancienne

Présentation du cours :
Une opinion courante voudrait que la notion de « mal » n’ait été vraiment travaillée qu’avec la pensée chrétienne et qu’auparavant, les philosophes de l’Antiquité n’aient eu qu’une conception pauvre et négative du mal, comme simple contraire du bien.
Poursuivant une approche de la philosophie ancienne à partir de ses marges, le présent cours voudrait au contraire montrer la richesse de la pensée antique à ce sujet, principalement chez Platon, Aristote et les stoïciens.
Le cours se focalisera sur l’aspect moral du mal (entendu comme vice) mais ne laissera pas de côté les questions plus métaphysiques à son égard. Il proposera ainsi une introduction à la philosophie ancienne.
On se demandera notamment : quelle est l’origine du mal ? Peut-on vouloir le mal ? S’il n’est pas définissable, est-il pour autant hors de la portée de la raison philosophique ? Si le mal existe, le bonheur est-il encore possible ?

Un syllabus contenant le descriptif complet du cours et l’ensemble des textes étudiés sera disponible à la première séance.

Bibliographie

Les titres suivis d’un astérisque sont à lire en priorité.

Pour une introduction générale à la philosophie ancienne, voir :

  • P. Hadot, Qu’est-ce que la philosophie antique ?, Paris, Folio, 1995*.


Pour une introduction générale à la question du mal en philosophie, voir :

  • H. Bouchilloux, Qu’est-ce que le mal ?, Paris, Vrin, 2005.
  • C. Crignon, Le Mal, Paris, Flammarion, GF Corpus, 2013*.
  • Platon, Protagoras* ; La République (à lire dans les traductions GF Flammarion).
  • Aristote, Éthique à Nicomaque, livres I, II* et VII* (à lire de préférence dans la traduction J. Tricot, chez Vrin).
  • Épictète, Manuel, traduction E. Cattin, Présentation L. Jaffro, Paris, GF Flammarion, 1997, 2015*.
  • Pour les Stoïciens, lire aussi les textes du chap. 60 dans A.A. Long, D. Sedley, Les Philosophes hellénistiques, T. II. « Les Stoïciens », tr. fr. J. Brunschwig, P. Pellegrin, Paris, GF, 2001.

Contrôles des connaissances

L’évaluation se fait par un examen terminal écrit.